Tétraonidés

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE, QC.CA Dans le Nord-Ouest du Québec, la saison des amours bat son plein chez les tétraonidés. C’est le moment où le Tétras à Queue Fine se rassemble en arènes pour se mesurer aux autres mâles et peut-être se reproduire. ©André Bhérer

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE, QC.CA Le tétras à queue fine peut se rassembler en de groupes considérables afin de pratiquer leurs rituels de reproduction. Dans les prairies, des « arènes » d'une cinquantaine d’individus peuvent parfois être observés. Les prairies sont l’écosystème le plus en péril de la planète? En Amérique du Nord, il ne resterait seulement que 1% des prairies d’herbes haute et de 20 à 30% des prairies d’herbe mixte et d’herbe courte combinées. ©André Bhérer

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE, QC.CA Les faibles roucoulements des mâles tétras à queue fine est créé par l'air passant par la syrinx et est amplifié par le gonflement des sacs aériens qu'ils ont dans le cou. Ces sons sont surtout utilisés pour attirer les femelles à l'arène. ©André Bhérer

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE, QC.CA Le printemps venu, les tétras à queue fine se rassembleront en groupes sur des sites nommés « arènes » afin d’effectuer leurs danse nuptiale. Plusieurs mâles et quelques femelles arriveront à l’arène avant le lever du jour pour procédé à ce rituel d’accouplement. Les mâles tenteront d’impressionner les femelles avec différents bruits et cris gutturaux. Ils accompagneront ces manifestations par des danses. ©André Bhérer

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE, QC.CA Tétras à Queue Fine dans son habitat typique. ©André Bhérer

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE, QC.CA Tétras à Queue Fine au lever du jour ©André Bhérer

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE, QC.CA Une fois l'été entamé, le tétras à queue fine passera une bonne partie de son temps dissimulé dans la végétation des friches et des champs. ©André Bhérer

Saguenay-Lac-St-Jean, QC. Canada [FR] Il se produit des irruptions hivernales de lagopède des saules dans le Québec méridional suivant des cycles d’environs 10 ans. Peu de littérature est accessible à ce sujet, mais il semblerait que ce phénomène serait causé par des vagues de grand froid dans son domaine vital, la toundra, qui pousseraient ces oiseaux vers le sud. ©André Bhérer

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE, QC.CA Mâle gélinotte huppée qui, tôt en saison, tambourine dans le sous-bois pour attirer les femelles et délimiter son territoire. ©André Bhérer

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE, QC. Canada Gélinotte huppée qui tambourine. All Rights Reserved ©André Bhérer

NORD-DU-QUÉBEC, QC.CA Saviez-vous que le mâle tétras du Canada est connu comme l’oiseau produisant le son vocal avec la tonalité la plus basse de tout l’Amérique du Nord? ©André Bhérer

NORTHERN REGION, BC. CA Tétras de Franklin veillant sur sa famille perché sur une branche de pin tordu. ©André Bhérer

El Petén, Guatemala Les dindons sont des oiseaux endémiques à L’Amérique et ceux que nous avons l’habitude de consommer ici et ailleurs dans le monde sont tous issues de la domestication du dindon sauvage qui débuta au Mexique il y plusieurs centaines d’années. Son cousin, le dindon Ocellé plus coloré et un peu moins massif se retrouve seulement sur la péninsule du Yucatan au Mexique, au nord-ouest du Belize et au nord du Guatemala. ©André Bhérer